Comment dépasser son égo

ce qu'il s'est passé en moi avant ma rencontre avec Pierrot, sans abri

Suite à ma publication de mardi sur la « Bonne S-team » du mois, offrir un café à un SDF, j’ai reçu de nombreux messages positifs. Cela m’a fait tellement chaud au cœur de voir l’effet que cela avait produit chez tant de personnes. Beaucoup d’entre vous ont eu des mots d’encouragement, d’amour et de soutien pour Pierrot, cet homme sans abri que j’ai rencontré et dont j’ai relaté succinctement la vie. Vos mots, ce sont des énergies positives que vous lui avez envoyées, vous le savez, ça ? Rien que vos pensées pour Pierrot ont été reçues par l’Univers et l’Univers le lui rendra, donc MERCI à vous, car grâce à vos belles pensées, vous contribuez, vous aussi, à l’évolution de Pierrot, à l’emmener vers son futur chemin ensoleillé.

Et si mon expérience peut, en plus, appeler certains d’entre vous à en faire de même, alors les S-team vont s’agrandir, les bonnes actions se multiplier, et en effet boule de neige, on arrivera à faire de ce monde un monde meilleur.

 

Quand j’ai lu vos messages, et constaté avec joie que certaines personnes avaient été inspirées par cette expérience au point de vouloir la réitérer de leur côté, je me suis dit qu’il serait peut-être aussi intéressant de raconter

Comment mon égo avait essayé de m’empêcher de faire cette action,

Comment j’étais arrivée à dépasser cet égo qui est si fort, si tenace … et si malléable à la fois !

Comment ce même égo s’était incliné et avait fermé sa bouche pendant la rencontre avec Pierrot,

Et pourquoi je savais que mon égo ne me ferait plus jamais le même coup.

 

Je voulais déjà partager tout ce côté-là avec vous à l’écriture du 1er texte, mais tel qu’il est, il fait déjà 4 pages, vous imaginez si je ne m’étais pas restreinte ?? Auriez-vous lu 11 pages ?

Je veux donner le partage, pas l’indigestion !

 

Donc, au vu du grandiose effet positif qu’a eu cette rencontre sur vous, je vous partage maintenant « l’avant et l’après » rencontre. Prenez ce que bon vous semble, je vis des expériences qui m’apportent tellement que j’ai envie de les partager dans le but qu’elles soient contagieuses, mais ce n’est qu’un partage, vous prenez, vous ne prenez pas, ça, cela VOUS appartient.

 

Oui, oui, ok, je commence :-)

 

Début Mai, je découvre l’idée de la « Bonne S-team du mois » partagée par  « S-team Officiel ». J’adore le concept de proposer une action commune ! Mais bon sang de bon soir, ils commencent fort ! Je ne vais pas m’étaler sur la difficulté ressentie, puisque j’en ai parlé dans mon premier texte et que je pense à vous : 4 pages, ok, mais on a une vie, aussi, hein, Chrys !

 

Les premiers jours, je me dis « ok, d’accord, ça ne va pas être simple mais je vais le faire », c’est comme un challenge, parce que si je commence à trier sur le volet les actions altruistes selon ce qui m’arrange, me convient et ne me bouscule pas trop, est-ce que ça s’appelle encore de l’altruisme ?

 

Et puis, j’ai le temps, il y a 31 jours dans le mois de Mai ! Ha ! Fastoche !

Mouais, tu parles ! Tu arrives au 31 comme si quelqu’un là-haut avait joué avec la grande horloge et t’avait fait sauter 3 semaines en 2 secondes !

 

Au tout début, je me pose la question « où trouver un SDF ? ». Ça semble limite glauque cette question ! Mais c’est pour la bonne cause, c’est dans un joli but, donc je me « pardonne » cette question, et je réfléchis. Arlon n’est pas une grande ville, je vois bien de temps à autres une personne qui fait « la manche » devant les magasins Carrefour, Delhaize et Aldi, mais s’agit-il d’un sans-abri ? Pas toujours. Originaire de Bruxelles où j’ai vécu pendant 32 ans, mon esprit est formaté « capitale », et j’ai vu tant de personnes mendiantes aux feux rouges qui, dès la journée terminée, montaient dans des voitures luxueusement chères avec la « recette » du jour que ça a faussé ma considération sur les autres mendiants, réellement nécessiteux. Comme ce souvenir du jour où j’avais essuyé la colère d’une femme tenant un bébé dans les bras, m’engueulant parce que n’ayant pas d’argent sur moi, je lui avais tendu le paquet de biscuit que j’avais dans ma voiture. C’est de l’argent qu’elle voulait, pas à manger. A Bruxelles, on ne se pose pas la question de savoir où sont les SDF !

Mais ici, dans ma ville d’adoption arlonaise, je connais 3 endroits, mais à part ça … ??

 

Attends, Chrys, tu es en train de faire ton marché là ? Tu veux soi-disant faire une bonne action et Mâââdame est en train de se demander sur quel lieu elle va jeter son dévolu ?!

Tu cherches un SDF à qui offrir un café ou tu es en train de faire un casting pour choisir la personne que TU jugeras nécessiteuse ? Qui es-tu pour juger ? Et sur base de quoi tu vas « juger » ? Sur l’apparence ?

Toi aussi, tu as été dans le besoin autrefois, à aller chercher des colis alimentaires au CPAS pour pouvoir nourrir ta fille, et aucun de tes amis, ni personne de ton entourage n’en a jamais rien su ! Bon, là, pour le coup, maintenant, ils l’apprendront s’ils te lisent, et qu’importe, l’orgueil n’est plus de mise aujourd’hui. Mais donc, de quel droit agis-tu ainsi ? Qui es-tu pour te permettre une telle arrogance ? Ou alors, tu te voiles la face, tu t’inventes des excuses, juste pour échapper à cette si difficile action ? pôôôvre de toi, attends, je vais prendre 5 minutes pour pleurer sur ton sort ! Non, mais !

 

- Oui, bon, ok, c’est vrai, je m’incline. Le jour où je ferai cette bonne action, j’irai à l’un de ces 3 magasins, et je ne « choisirai » pas qui, où, ni comment, d’accord.

 

Les jours passent et je pense à cette bonne action tous les jours ! Il faut dire que je mange de la S-team matin, midi et soir, c’est ma drogue, ce qui me tient en haleine, en gaieté. Discuter avec les intervenants des prochaines actions prévues pour les préparer au mieux ; réfléchir aux futures actions à mener ; répondre aux mails ; chercher des images sur internet qui soient liées à mes publications ou juste pour mettre une touche d’humour sur ma page, tout simplement. Même quand je suis au bureau, mon tiroir neuronal S-team est ouvert ! Et je ne compte même plus les matins où je me réveille avec le logo S-team en tête, ou du souvenir de mes rêves qui y sont liés, c’est vous dire !

Alors, fatalement, la Bonne S-team du mois, elle ne m’échappe pas !

 

Et tous les jours … TOUS LES JOURS (vous sentez la lourdeur, là ?), j’entends une petite voix me souffler « bonne action …. SDF …. Sans abri ….. Café …. ».

Elle est toute douce cette petit voix, et pourtant, je me sens narguée ! Limite, défiée ! Fera, fera pas ? Hahaha ….

Je ne sais pas ce qu’elle a, cette petite voix, mais le don de m’agacer, ça, c’est sûr !

Ça va, c’est bon, JE SAIS qu’il y a cette bonne action en cours, pas la peine de me saouler avec ça 15 fois par jour, je vais le faire, laisse-moi le temps, c’est bon !

- Hm, hm, pas de souci, j’attends de voir, c’est tout.

 

Note pour plus tard : expliquez aux gens que je ne souffre pas de schizophrénie, c’est un dialogue entre moi et mon moi-même, tout simplement. Ça s’appelle l’esprit physique et l’ego. NE PAS embrouiller leurs neurones en ajoutant l’âme dans les dialogues parce que là, ils ne vont plus rien comprendre ! … ou me prendre pour une vraie dingue,  je verrai débarquer le SAMU devant ma porte pour m’emmener en neuro-psy, et je terminerai ma vie en camisole de force, gavée de médoc ….les pilules, pas le vin !

 

 

Les jours passent, et on arrive à la fin du mois de Mai !

- Ah ben Bravo, Chrys ! Il avance bien ton projet, là !

- Oh hé ! Ça va, il me reste 5 jours !

- Oui, oui, bien sûr, et en 5 jours, tu vas trouver le temps et le courage de faire ce que tu n’as pas fait en 26 jours. Mais pas de souci, à ton aise, moi, je ne suis pas pressé, j’attends de voir, c’est tout, prends ton temps, suuuurtout prends ton temps ! Et puis, je peux comprendre, tu sais, ce n’est pas comme si tu ne passais que rarement dans Arlon (j’y passe tous les jours !)

tu n’as pas le temps (il m’est arrivé de devoir attendre le retour de ma fille dans ma voiture pendant plus d’une demi-heure)

tu n’es pas en manque de courage (c’est quoi encore la différence entre courage et ardeur ?)

tu prévois de faire ça par pur altruisme, pas pour apaiser ta conscience (« pas de commentaire », il y a des moments dans la vie, quand t’as pas d’argument, mieux vaut te taire)

Ce n’est pas ton ego qui te freine (ha non ? et je parle à qui, alors ??)

 

Me défiler ? Je ne vois pas de quoi on parle ! Je vais la faire, cette bonne action du mois de Mai !

- On est le 3 juin, Chrys ! Je dis ça, je dis rien.

….. (silence)….

 

- Aoutch :-/ …. Bon, ben, c’est trop tard, alors ! ….. Je ne vais quand même pas publier en Juin l’action du mois de Mai !

- Ben, tiens ! La bonne blague ! T’en auras vraiment raté aucune, toi, des excuses bidon ! Tu vas vraiment vivre avec ça ? … ok. Et c’est quoi la bonne action S-team du mois de Juin ?

- « J’appelle mes proches pour un échange cœur à cœur »

- Haaa, bien, joli ! Et tu vas faire quoi ?

- je vais appeler mon frère, on ne s’appelle jamais, c’est dommage

- et cette action-là, tu vas la faire ?

- Ah ben oui !!

- Tiens donc …

- Quoi ? Mais quoi ?!

- Non, rien.

 

 

Lundi 6 juin, je regarde la vidéo-conférence interactive de Siriliel sur Nuréa.TV avec Nora.

Sujet du jour : l’ego.

J’adore ces conférences !! J’en apprends toujours un paquet dans ces émissions ! C’est la 6ème rien que sur l’ego, c’est dire l’importance du vaste sujet !

 

Le lendemain, mardi 7 juin, je suis au bureau, mes dossiers sont en ordre, j’ai répondu à tous mes mails, le téléphone sonne peu, la journée est calme. La journée est trèèès calme. Qu’est-ce que je me …… restons polie et respectable dans mon vocabulaire …. je m’ennuie !

 

DING ! Tiroir neuronal S-team ouvert !!

Qui dit S-team, dit Siriliel.

Qui dit Siriliel, dit enseignement, coaching, apprentissage, découvertes, joie, bonheur intense, élévation de l’esprit, amélioration de la vie, et humour ! 

Qu’est-ce que c’était bien hier soir, cette conférence !

Wo ! Ça me donne une idée ! Et pour ça, j’ai besoin d’images ! « Google est ton ami », qu’ils disent. Allons voir mon ami !

Effectivement, Super ami ce Google ! des images, il en a à foison et je trouve tout ce qu’il me faut.

 

14h52, je plie bagage, j’éteins l’ordinateur, et je quitte le bureau.

- Ah, donc tu termines tes journées à 15h et tu t’octroies 8 minutes ?

- Non, je termine à 15h30, je travaille à mi-temps et je ….. Oh hé ! ok, je pars une bonne demi-heure plus tôt que prévu, mais je n’ai plus rien à faire pour le boulot, j’ai collecté toutes mes images (on dirait une gamine de maternelle qui parle, lisez avec la voix d’une petite fille de 3 ans : « je suis contente, j’ai toutes mes images, maintenant, je vais les découper, les coller, et ce sera tout beau tout joli » …. En fait, l’étage neuro-psy me guette vraiment !).

Et puis, je dois faire le plein d’essence avant d’aller rechercher ma fille à 16h15-20-25-30 (oui, à 14 ans, on prend son temps pour rejoindre sa maman, parce que les amis, c’est sacré, il y a des priorités dans la vie, quand même ! Et maman, elle attend (me vient en tête la chanson d’Axelle Red « je t’attends, je t’attends, je t’attends … » qu’elle répète inlassablement, et que moi je VIS très lassablement).

 

- Trajet : 20 minutes, Faire le plein : 5 minutes, Temps devant toi : 1h20 minimum, et même plus vu la vitesse de marche de ton schtroumpf …. Ah ben, oui, y a des raisons de partir si tôt !

- Oh hé, ça va ! Mes boss sont contents de moi, je ne laisse rien en suspens derrière moi, mon départ anticipé ne gêne pas le travail de mes collègues et en plus, je note mes heures, je ne floue personne !

- Non, non, mais vas-y, fais ta vie, Chrys, fais ta vie !

 

Sur le trajet (20 minutes, donc, pour ceux qui n’auraient pas suivi), je ressasse la conférence d’hier. L’ego est donc comme un petit chien, si tu ne le nourris pas, il t’em… t’ennuie. Mais si tu lui donnes à manger, il est content, il est tranquille. Le tout, c’est de le nourrir sans gêner la bulle d’autrui, « le respect, les gens, le respect ! ». Et l’histoire de cette photographe qui a fait le tour du monde gratos, fabuleux, ça ! Oh oui, et cette métaphore de « je me réveille le matin, je suis coupable. Hey salut, l’ami, je suis coupable ! Bonjour, je m’appelle Untel et je suis coupable ». Oh bon sang, le briquet vert, fort ça, le briquet vert !! Il n’est PAS vert, il apparaît vert parce qu’en fait, c’est la seule couleur qu’il rejette ! Pourquoi on n’apprend pas ça à l’école ? Ah oui, et l’ego se cale aussi sur les 5 sens, l’ouïe, le toucher, le goût, la vision et l’odorat, à retenir, ça, à retenir !!

Et je ressasse, et je ressasse, je me refais tout le film.

 

Arrivée à destination, je me gare et Hop ! gsm à la main, activation de la 4G, et Facebook ! Lui aussi, c’est mon ami.

 

- Ding Dong, Bonjour, c’est ta conscience qui te parle…. Bonne action S-team de Mai …. il est 15h20 …. Offrir un café à un SDF …. tu as 1 heure de libre devant toi ….

- Oh bon sang !! Alors, je viens de passer 20 minutes à répéter ma leçon sur l’ego, je me réjouis de tout ce que j’apprends, et qu’est-ce que j’en fais ? Rien !

Théorie, bonjour ; Mise en pratique, passe ton chemin, Bravo Chrys !

 

Tous ces dialogues avec mon ego depuis 38 jours ! Je n’ai pas vu le temps passer ! Mais il me l’a fait à l’envers encore une fois, ce schmurf !

C’est bon, maintenant, ça suffit ! Clef dans le démarreur, je pars en trombe, on y va ! Je suis juste à côté du magasin Carrefour, allons-y ! Je fais demi-tour, je tourne à gauche, j’entre dans le parking, personne devant la porte d’entrée du magasin ! Ah ben non, alors, vous n’allez pas me faire ça, là-haut ! Maintenant que je m’y mets, vous ne mettez personne sur ma route !

Remarquez la mise en faute sur autrui en 1 seconde alors que j’en ai eu 3.252.600 pour agir ! (oui, j’ai calculé, ça fait 31 jours de Mai + 6 jours de Juin + 15h30 du 7 juin).

3 millions 252 mille 600 secondes à être seule et unique responsable de ne pas avoir fait la bonne action, et UNE SEULE seconde pour acclamer que « c’est pas ma faute si je ne rencontre pas de SDF et donc, si je ne peux pas faire cette bonne action S-team » !!

Ego, tu m’épates ! Et ce n’est pas un compliment, calme ta joie !

 

Je sors du parking Carrefour, et je me dirige vers un autre magasin, parce que je n’abandonnerai pas ! Ça fait 38 jours que je me laisse faire par cet égo de malheur, que je lui donne tout pouvoir, aujourd’hui, c’est mon tour ! JE décide, toi, tu ne bouges pas, couché ! et en silence !!

 

Je suis tendue au volant, mon dos ne touche pas le dossier du fauteuil, main gauche au volant, main droite agrippée au changement de vitesse et le pied lourd sur la pédale de droite, on dirait un conducteur de rallye ! Je tourne au coin de la rue, je regarde droit devant (c’est mieux quand on conduit, en général), et hop ! ma tête tourne à droite ! Je ne lui ai rien demandé à celle-là, mais elle tourne toute seule pour regarder …. Oh ! un sans-abri assis sur un muret sirotant une bière !!

Re demi-tour, au même endroit que 2 minutes plus tôt, direction Carrefour pour aller chercher des boissons. Parking compliqué, vite, vite, une place, Oh, une voiture quitte son emplacement juste devant moi, pile en face du Lunch Garden, encore plus rapide que les caisses du Carrefour ! Je me gare en vitesse comme une pro (ça, ce n’est pas exceptionnel …. Humilité, bonjour !)

« Ne pars pas Monsieur le sans-abri, surtout ne pars pas ! »

Entrer, servir coca, prendre bouteille d’eau, attendre caisse, personne ! virage du corps et de la tête pour une vision à 360°, caissière en vue !! Elle est en train de caaaalmement ranger des verres, ne se presse pas la moindre seconde malgré le fait qu’elle m’ait vue, prend même la peine d’échanger quelques mots avec sa collègue de la cuisine, et ça papote, et ça rit et ça prend son temps….. et ça m’énerve !!

Enfin elle se dirige vers sa caisse, qui, bien sûr, n’est pas celle devant laquelle je suis postée ! Et bien sûr, le temps que je reprenne coca et eau dans les mains pour la rejoindre, une mammy s’est installée à la bonne caisse devant moi ! Aaarrrgghhhh !

« Sois là s’il te plaît, Monsieur le sans-abri, ne pars pas, j’arrive, je te jure, j’arrive ! »

Gentille Mammy qui me dit « Allez-y, je vous en prie, vous étiez là avant moi ».

Hoo, merci Madame !

Caissière, bonjour, monnaie, s’il vous plait, merci, au revoir, porte de sortie !

 

Inspirer, expirer, inspirer, expirer. Je marche vers le petit parc qui jouxte le parking du Carrefour.

On y est, Chrys ! Tu peux le faire !

 

- Bonjour Monsieur, il fait si chaud, je peux vous offrir un coca et de l’eau ?

 

A cet instant précis, mon égo s’est tu. Il n’a pas bronché d’un iota pendant 1 heure. Je ne m’en suis pas rendue compte au moment même, ce n’est qu’après avoir quitté Pierrot que je l’ai réalisé, que j’ai ressenti ce que voulait dire « plénitude du moment », c’est-à-dire ne penser à rien d’autre, non, rien d’autre que le moment même, vivre pleinement l’instant présent. Mes yeux à 100 % sur ceux de cet inconnu, mes oreilles ouvertes à 100 % pour lui, rien que pour lui, le cœur en émoi, rien d’autre ne comptait que cette rencontre. Quelle intensité ce ressenti ! Le B.O.N.H.E.U.R. !

 

Je repars, je me surprends à penser « c’était si facile que ça ? Et c’était aussi bon que ça ? ouaw ! ». Mais dis donc, j’ai le sourire aux lèvres, ma parole ! Je peux sentir les muscles de mon visage, je souris béatement tout en marchant vers ma voiture ! Les gens me regardent bizarrement, m’en fous ! J’ai reçu autant ? Je voulais juste faire la bonne action S-team du mois de Mai, et j’ai reçu autant ? Et soyons honnêtes jusqu’au bout des ongles, ma démarche était d’apaiser ma conscience ! Ce n’était pas de l’altruisme à l’état pur et naturel, et encore moins spontané ! Certes, j’étais consciente que le GESTE que j’allais poser était altruiste, mais moi, intérieurement, c’était moins joli-joli. Certes, j’ai déjà été naturellement altruiste mais c’était pour des amis, des proches, ou un inconnu en panne de voiture au bord de l’autoroute, des choses simples en somme, faciles.

Et aujourd’hui, cela a donné ça ? Une rencontre magique ! Un échange de regard inoubliable ! Mes mots l’auront peut-être bien bousculé notre Pierrot, mais qui sait, c’est peut-être ça le déclic qui va changer sa vie ?

Ça m’a donné le sens plus précis et correct de ce qu’est l’altruisme et ça donne vraiment envie de recommencer !

 

 

Voilà comment mon égo a essayé de m’empêcher de faire cette action pendant 1 mois et 7 jours,

comment je suis arrivée à dépasser cet égo qui est si fort, si tenace … et si malléable à la fois !

comment ce même égo s’est incliné et a fermé sa bouche pendant la rencontre avec Pierrot ;

et pourquoi je sais que mon égo ne me fera plus jamais le même coup, parce que là, pour l’avoir vécu lui-même, il SAIT maintenant la plénitude qu’il a tenté de m’empêcher de vivre, et comme, au final, il l’a lui-même apprécié, ce moment, comment pourrait-il dès lors s’interdire une telle sensation à lui-même ? Non, il ne m’empêchera plus cette expérience, il n’essayera même plus ! Pas cette expérience-là en tout cas. Il le fera pour d’autres, c’est son rôle, il est là pour ça, mais m’asseoir aux côtés d’un SDF, aller vers un inconnu pour un geste altruiste, il me laissera faire.

 

C’est ce qu’on appelle « une expérience validée ». Quand on a vécu une expérience et qu’on a pu de nous-mêmes en ressentir les bienfaits et la véracité du moment, alors rien ne pourra venir nous faire croire qu’on s’est trompés, pas même l’ego !

 

Si vous lisez attentivement les paroles de cette chanson de Willy William, ça devrait percuter :

 

Miroir 
Dis-moi qui est le plus beau 
Quitte à devenir mégalo 
Viens donc chatouiller mon ego 
Allez allez allez 

Laisse-moi entrer dans ta matrice 
Goûter à tes délices 
Personne ne peut m’en dissuader 
Allez allez allez 

Je ferai tout pour t’accompagner 
Tellement je suis borné 
Je suis bien dans ma bulle 
Allez allez allez 

Tout est beau 
Tout est rose 
Tant que je l’impose 
Dis-moi qui est le plus beau 
Allez allez allez 

Miroir 
Qu’as donc tu fais de ma tête ?
Cette transformation malhonnête 
Ce n’est pas ce que j'ai demandé 
Allez allez allez 

 

Le buzz n’était que factice 
Je ne suis plus dans la matrice 
Y a plus personne pour en parler 
Allez allez allez 

Je ferai tout pour récupérer 
Ce que je suis en train de gâcher 
Enfin sorti de ma bulle 
Allez allez allez 

Tout est beau 
Tout est rose 
Avant que mon ego s’impose 
J’ai fini de te regarder 
Allez allez allez 


 

 

Bonne journée 

 

Chrystelle Claire

Willy William "égo"

© 2023 par Sérénité. Créé avec Wix.com